L’argument d’autorité dans toute sa splendeur #waouh

Certains connaissent mon aversion pour l’argument d’autorité. Ces phrases qui soudain rendent tout échange impossible. Et surtout, font perdre toute crédibilité à ceux qui les mobilisent.

J’ai quelques beaux exemples issus de ma vie de chercheuse (par exemple, dites moi « congélation/décongélation », je vous raconterai), mais voilà, ça arrive aussi dans la vie de tous les jours. Et ça peut même arriver de personnes qui avaient l’air censées et capables de discuter. Mais il y a des sujets qui font perdre leurs moyens aux gens. Le régime Dukan en fait donc désormais partie. Après DSK et Dreyfus. Nous voilà avertis.

Alors, suis-je la seule allergique aux arguments d’autorité ? Est-ce que c’est parce que j’ai été élevée sans notion d’autorité à respecter sous le seul prétexte d’autorité ? N’est-ce pas une attitude à éviter dans toute démarche de chercheur (et plus généralement peut-être) ? Votre avis m’intéresse (mais bon comme personne ne me lit…pour le moment ^^) !

Pour ceux qui veulent absolument du contexte (je crois que ça ne nous apprend rien sur l’utilisation de l’argument d’autorité, mais comme mon tweet initial n’est pas super subtil, et par obligation morale, je le mets) :

Publicités

9 réflexions sur “L’argument d’autorité dans toute sa splendeur #waouh

  1. 1) Tu as des lecteurs :-)

    2) En fait, je ne vois pas trop l’argument d’autorité. Car il n’y a ni argument, ni autorité invoquée… c’est juste du péremptoire pur et dur.

    3) Je suis contre l’argument d’autorité quand l’autorité invoquée n’est ni comprise, ni expliquée. Par exemple : « Et pourtant la terre tourne. La preuve, c’est que Galilée l’a dit ! »

    4) Je suis pour l’argument d’autorité en contexte pédagogique, quand le fait de l’utiliser relève d’une forme de provocation excitant les élèves à aller chercher par eux-mêmes… comme dit George Steiner, l’enseignement allie « amour et ironie ».

    5) C’est un peu pour ça que je suis vieux jeu et reviens aux classiques : en littérature, être un classique est à la fois un fait (institué, péremptoire, servant d’appui aux arguments d’autorité) et un droit… que le classique ne défend que parce qu’il est remis en cause. Une sorte d’application de la théorie de la falsifiabilité aux sciences humaines !

    6) Bisous

  2. elifsu dit :

    Tu as raison, ce n’est pas tout à fait classiquement un argument d’autorité, et peut-être même que mon histoire de décongélation/congélation va te paraître limite aussi, mais je trouve que prétendre « s’y connaître », en essayant de discréditer l’autre « toi, tu n’y connais rien, j’arrête unilatéralement la discussion », s’en rapproche pas mal. Péremptoire, oui, aussi. Un peu décrédibilisant aussi, d’ailleurs…

  3. Vi' dit :

    L’argument d’autorité dans ce sens oui c’est bidon, mais des fois tu en as -en philosophie par exemple- qui cherchent à tout prix à démontrer que Platon a fait une erreur et ne veulent pas comprendre que ce n’est pas du haut de leur 17 ans qu’ils trouveront quoi que ce soit de bancal dans la pensée de Platon. Donc tu commences par leur expliquer, mais ils n’écoutent pas donc bon la seule chose qui reste pour ne pas les taper d’être si têtue c’est de leur dire qu’ils n’y connaissent rien..

    • elifsu dit :

      Oui, oui, je suis carrément d’accord, qu’il y a des cas où tu n’a pas d’autre choix que de balancer de l’argument d’autorité. J’essaye d’éviter de le faire, mais l’envie ne manque pas, quand par exemple je suis tombée sur un article de blog qui, avec vulgarités à l’appui, croit descendre l’oeuvre d’un grand chercheur (30 ans de boulot, plutôt reconnu). Ben ça me fait rire, c’est tout, et le blogueur perd toute crédibilité, aussi, dans une situations inverse, finalement. Life is complicated, en fait.

  4. Je suis pas assez connaisseuse pour pouvoir débattre de l’argument d’autorité mais la première chose qui m’est venue en lisant le fil twitter c’est

    « c’est qui cette folle, il faut qu’elle se détende!’

    Décrédibilisation très certainement.

    Si si tu vois qu’on te lit…

  5. anthropopotame dit :

    Manifestement tu ne connais rien à l’argument d’autorité!

  6. L’argument d’autorité est l’atout maitre des experts. Ils en usent mais trop souvent en abusent. Ce qu’ils oublient, c’est que les vérités évoluent et que si autorité il y a, elle même est appelée à évoluer. La plupart des théories commencent dans l’hérésie et finissent dans l’orthodoxie. Mais un expert n’existe que s’il est le chantre d’une orthodoxie. Dès lors, toute sa vie est inscrite dans des conditionnements mentaux qui lui donnent à penser qu’il détient le droit à la Vérité, une vérité qui ne s’explique ni ne se conteste, la marque d’un esprit fossilisé qui, trop souvent, s’oppose au progrés. J’en sais quelque chose. Docteur Pierre Dukan

    • elifsu dit :

      Merci pour votre commentaire ! Vous faites de la bonne veille ^^. J’ai pas bien compris le déferlement de colère contre vous et votre régime. C’est un classique, de taper sur les régimes, dans une société qui impose de beaux corps minces (pour l’esthétique et pour la santé), mais je ne m’y fais pas.

      J’ai trouvé personnellement passionnantes les pages de votre livre sur la psychologie du gros. Je me suis reconnue, un peu. Ça a choqué des amis, parce que vous parlez de « gros ». Je suis plutôt mince d’apparence malgré quelques kilos en trop. Du coup insensible sans doute au mot « gros » que je ne prends pas comme une insulte mais un fait, une catégorie…dans laquelle on peut entrer et sortir à tout moment (hyper subjective et construite, comme tout fait et toute catégorie).

      J’ai jamais supporté que l’opinion publique soit trop consensuellement remonté contre une personne : je me méfie ;-). D’où mon soutien. Comme à Aimé Jacquet en 1998 (AVANT que la France remporte la coupe du monde, une haine sans nom s’acharnait sur lui tous les jours). Et puis je vous dis, j’ai lu votre livre et connais plein de gens très contents de votre régime. Parce qu’ils l’ont fait en utilisant leur jugeotte. Pas à fond, pas tout le temps, pas sur trop longtemps. Bref, en connaissant et respectant leur corps. Et oui, ça ne doit pas être le cas de tous vos lecteurs.

      Pour le mediator, je ne suis pas très d’accord que vous en ayiez prescrit ainsi. Comme de très nombreux médecins sur 30 ans. Pas besoin de bouc émissaire. Ce médicament était sur le marché et utilisé ainsi. Donc pas la peine de faire les étonnés et « hypocrites » en découvrant ces usages dangereux. Servier responsable. Et le système de pharmacovigilance n’a pas marché. Et les médecins ne suivaient peut-être pas tous l’actualité de la recherche.

      Allez, je m’en retourne sur twitter me faire allumer par des hystériques anti-régime-Dukan et autres trolls : je les attire. Penser par soi-même, c’est un sport de combat. Penser en nuances, c’est un risque de ne pas être compris. Penser de façon intègre (avoir des positions tranchées et non pas molles et tiédasses) ET les faire évoluer avec la vie, à chaque instant, c’est pas toujours bien compris. Bonne chance à vous, vous n’êtes pas sorti d’affaire si j’ai bien suivi…

  7. bonjour elifsu, j’ai beaucoup apprécié votre « Penser par soi même est un sport de combat » mais c’est aussi un luxe car compte tenu de la prégnances des conditionnements et des influences ambiantes, notre cerveau a besoin d’être rassuré par les vérités toutes faites et indispensables à l’accès à l’appartenance au groupe. Avoir la sensation de penser par soi même et de faire fonction d’éclaireur est en soi une récompense profonde qui vaut bien l’adversité que l’on rencontre en entrant en résistance.
    Ce qu’il y a à la fois d’attendu et de surprenant dans ce genre de situation, c’est que les agresseurs ont toujours une voix plus forte que les satisfaits. Mais qu’il est doux le murmure de ceux qui sont heureux de ce que l’on fait pour eux et qui vous le disent.
    La vie m’a beaucoup donné. Hormis la mort prématurée de ma mère, j’ai traversé la vie en homme heureux. J’ai très jeune très bien gagné ma vie et sur le tard accédé à la notoriété. Aujourd’hui, je ne vis plus que pour ce doux murmure que je reçois chaque matin en ouvrant ma messagerie et en me promenant dans les rues de quelques grandes capitales.
    Je suis toujours heureux de savoir qu’il existe encore des personnes qui tentent avec bienveillance de penser par eux-mêmes et en avance sur le peloton.
    Bonne chance à vous aussi
    Docteur Pierre Dukan

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s