Archives de Catégorie: enquête

Où sont les femmes dans le numérique ? #invisibilité

Hier dans l’émission Place de la toile sur France Culture, nous avons entendu l’ami Jean-No se livrer à son autobiographie numérique, « exercice un peu étrange de l’autobiographie numérique, où il s’agit de raconter sa vie sous l’angle de sa relation aux ordinateurs, à l’informatique et à l’Internet, bref au numérique. »

C’était tout à fait intéressant. De l’attendu, du moins attendu, des détails sur l’enfance de Jean-No, de la relation à son père, des Science et Vie qu’ils lisaient en famille, son 1er ordi, le nombre d’ordis chez lui, son boulot de programmeur plus qu’artiste, d’aideur plus que d’auteur.

Nous avons aussi appris à l’occasion, de l’aveu de Xavier de la Porte (@xporte sur Twitter), que cette rubrique de l’émission n’a pour le moment invité que des hommes (« Le point commun de tous ces gens (en plus d’être des hommes, ce qui ne m’honore pas, je le confesse… « ). De fait de cet aveu, je ne peux plus vraiment faire un procès à @xporte (chez moi, faute avouée est à 200% pardonnée ; tandis que faute pas avouée, je suis très énervée), mais je voulais comprendre quand même.

Alors je lui ai demandé via Twitter comment ça s’était exactement passé :

La liste des invités, d’après la page du tag « autobiographie numérique » , dans l’ordre anté-chronologique : Daniel Schneidermann, François Bon, André Gunthert, Tristant Nitot, David Dufresne. Je ne sais pas si je les aurais qualifiés de « personnalités connues de l’Internet français, sans l’être forcément du grand public. » J’ai l’impression que Daniel Schneidermann est surtout un personnage connu de la télé (le bon vieux Arrêt sur image sur la Cinquième (puis France 5) de 1995 à 2007, puis sur internet depuis que la chaîne a arrêté l’émission) et des journaux (Le Monde avant d’être viré sous prétexte d’un article qui demande à la rédaction de répondre aux attaques de Péan et Cohen ; puis Libération depuis) (pour en savoir plus, la page WP de Daniel Schneidermann), plus que de l’internet mais chacun doit avoir sa propre perception, en fonction notamment de son âge et de sa pratique de ces différents médias. 

Jean-No serait donc le 7ème invité. Cette rubrique n’est pas encore trop vieille, et l’animateur a l’air de demander de l’aide :

…alors aidons-le ! Mais en attendant que @xporte nous dise comment ça s’est passé exactement, je me suis mis à sa place : comment j’aurais fait si je devais trouver des invités intéressants à mon émission ?

Comment trouver des femmes ?

On peut demander aux invités. Rien de tel que la co-optation. Les gens se sentent valorisés, de faire partie d’un club sélect. Je suis sûre que Daniel Schneidermann, François Bon, André Gunthert, Tristant Nitot, David Dufresne ou Jean-Noël Lafargue ont plein de noms à conseiller chacun s’ils y mettent un peu de bonne volonté (qui oserait en douter ?).

On peut demander sur Twitter. On est plein. On aime le numérique. On RT. On crowdsource.

On peut demander aux associations et réseaux informels. Par exemple à Girlz in web « réseau des professionnel-le-s du digital et des nouvelles technologies.  »

On peut demander sur les chan IRC. Y en a plusieurs de féministes, forcément plein qui parlent de numériques ou de ses différentes sous-catégories (art numérique, littérature numérique, etc.)

On peut assister à des événements concernant le numérique/le web/l’informatique, à La Cantine, conférences, on peut lire les rubriques techno des journaux/contacter les journalistes, on peut aussi naviguer de liens en liens (effet boule de neige).

[insérer ici d’autres idées que j’espère voir en commentaires]

Voici quelques pistes de « femmes connues de l’Internet français, sans l’être forcément du grand public »

Y a des femmes au Conseil National du Numérique

Au Conseil National du numérique, sur les 4 membres du bureau, il y a 1 femme. Valérie Peugeot.

Mais sur les 25 autres membres, 13 sont des femmes : Nathalie Andrieux, Virginia Cruz, Marylène Delbourg-Delphis, Marie Ekeland, Virginie Fauvel, Audrey Harris, Laurence le Ny, Sophie Pène, Nathalie Bloch-Pujo, Lara Rouyrès, Cécile Russeil, Nathalie Sonnac, et Brigitte Vallée. Ça laisse le choix.

Y a des femmes chez Silicon Sentier

Chez Silicon Sentier, « Association parisienne, soutenue par la ville de Paris, regroupant des sociétés en technologies open source, réseaux, le Web ou la mobilité. »

Membres du CA : 4 femmes (0 membres d’honneur, et seulement une trésorière au bureau…). Mais la déléguée générale est Marie-Vorgan Le Barzic (absente de la page Gouvernance et statut…)…

Y a des femmes qui font de l’art numérique

Y a au moins Albertine Meunier

Y a des femmes qui codent et dont c’est le métier

Y a au moins Sylvie Tissot, voir Anabole

Y a des femmes qui enseignent les humanités numériques

et même que vous en lisez une

Y a des femmes qui se posent des questions sur les jeux vidéos

Y a au moins @MarLard et ça a fait beaucoup de bruit y a pas si longtemps que ça

Y a des femmes qui font de la recherche en informatique

Y a au moins Clémence Magnien au LIP6 à Paris

Y a des femmes qui utilisent des outils numériques pour comprendre l’histoire

Y a au moins Claire Lemercier, voir sa page de profil au CSO et sur Wikipédia

Y a au moins ces femmes, donc y en a plein d’autres. À vos commentaires !

P.S. Croyez-moi j’aurais préféré ne pas avoir à écrire cet article. J’aurais préféré que la question ne se posât pas du tout, ou que des hommes aussi se sentent concernés. Mais voilà, il faut donc en 2013 encore et toujours être féministe. Féministes tant qu’il le faudra. Merci quand même aux garçons à qui j’ai demandé des noms et qui m’en ont trouvé quelques-uns, très vite. Je les laisse finalement les ajouter en commentaires :)

P.P.S. Et puis pourquoi je fais/on fait le boulot de documentaliste à titre gratuit ? Sortir de la facilité, c’est aussi du boulot.

P.P.P.S. Inviter des femmes dans ces occasions, c’est faire qu’il y ait plus de « personnalités connues de l’Internet français ». #CercleVertueux

Analyse de ma subjectivité dans la perception des distances à Paris

Je ne suis pas casanière, mais j’ai du mal à sortir de chez moi. L’effort à faire (je le visualise comme une barrière énergétique à franchir, voir l’énergie d’activation) est à peu près le même que ce soit pour aller acheter le pain en face de chez moi,  partir en week-end, ou en voyage à l’autre bout du monde. Une fois sortie, je peux rester très longtemps dehors, y passer la nuit, dormir chez des amis, etc. C’est comme ça que j’ai compris que mon problème, c’est l’allumage, c’est une inertie terrible dont je suis pourvue et qui nécessite beaucoup d’énergie (de motivation ?) à déplacer. Je suis très heureuse d’avoir appris assez récemment le mot en turc ancien, « atalet« (1) pour parler de cette inertie (2).

Une flemme spécifique de quartier

J’ai aussi remarqué, au cours de mes 18 années parisiennes, que j’avais aussi une flemme spécifique de la rive droite (ayant presque toujours habité rive gauche, mais surtout me sentant très fortement rive gauche). Comme la vie nocturne parisienne est déjà assez nulle, si on ne se bouge pas rive droite, on est sûr de mourir d’ennui, donc je me fais violence, et je finis par réussir à aller rive droite (surtout quand on m’invite à des chouettes fêtes). En cherchant un peu, j’ai réalisé que je cultivais aussi une flemme spécifique de certaines quartiers, certaines stations de métro. Et ça fait un moment que je vois bien que cette flemme n’est pas rationnelle, dans le sens où elle n’est pas, par exemple, directement proportionnelle à la distance qui sépare mon appart. de ce point ni même, le temps que je mets pour aller à cet endroit. Donc évidemment je voulais comprendre, explorer, cartographier, mesurer ces barrières conceptuelles qui me bloquaient. Mais j’avais la flemme ;). #procrastination

Comme j’ai parlé de tout ça à Ambre (3), et qu’on se comprend bien sur les trucs chelous (elle aime mon humour, si, si \o/), on s’est mises au travail.

Méthodologie et sources

Carte réelle des distances

On a décidé de prendre la carte isochrone de Paris, pour une évaluation réelle de ma proximité aux différents quartiers de Paris. Isokron, c’est un site génial qui fait ça, et qui vous permet aussi de choisir un lieu de rdv à égale temps de transport de deux adresses (genre vous êtes 2 et vous cherchez un rdv « à mi chemin », sauf qu’à mi-temps, c’est plus malin).

Capture d’écran 2013-04-28 à 19.11.57

Capture de la carte isochrone à partir de mon adresse
Jaune : moins de 15 min.
Vert : 15-30 min.
Violet : 30-45 min.
Orange : 45 min.-1h
Rouge : plus d’1h

Carte de mon ressenti

Pour essayer d’objectiver ma perception/l’idée (la montagne, parfois) que je me fais des distances/ma difficulté à y aller, j’ai « noté » les stations de métro et de RER d’Île de France. On a trouvé une liste de 377 stations ici (4). J’ai pris la liste dans l’ordre alphabétique, et pour chaque station, j’ai énoncé un des 6 jugements suivants, celui qui me venait spontanément.

1 :  « C’est en bas de chez moi »
2 : « OK, c’est pas loin »
3 : « Bon ça va encore, mais je ne suis pas loin de râler, et il me faut un coup de pied au cul »
4 : « Je râle et j’ai la flemme : « rho là là, c’est loin, c’est chiant d’y aller » »
5 : « Ah non, c’est trop loin, c’est trop dur »
6 : « Ouh là, c’est la province ! »

Le style est volontairement parlé : il essaye de reproduire au plus juste ce que je « ressens » quand j’essaye d’envisager que je dois me rendre à tel endroit/station.

Prédictions, biais, critiques

Pendant que je notais les stations selon ma grille de 1 à 6, j’ai vu que j’hésitais sur certaines stations. Notamment entre les catégories 3 et 4. Dans l’idéal il faudrait donc que je refasse la notation à quelques jours d’intervalle, les stations présentées dans différents ordres, et en ayant dans la mémoire récente,  des déplacements  différents (si je suis allée facilement il y a quelques jours  à la station X, la note de la station X a des chances d’être relativement mieux notée).

Mes prédictions étaient :
– la rive gauche sera mieux notée que la rive droite, à distance/temps équivalent
– je m’attends à mieux noter les stations où je vais plus souvent / où je suis allée plus souvent dans ma vie
– (cas précis de la prédiction précédente) je m’attends à ce que les stations du RER B Sud, et des lignes 6, puis 5 et 7 du métro seront relativement bien notées (c’est-à-dire en moyenne mieux que ne le dicterait leur temps par rapport à chez moi). Raisons : j’ai longtemps fréquenté la partie Sud du RER B (fac d’Orsay puis thèse à Jouy-en-Josas) et j’en garde de très bons souvenirs (du RER B, pas de la thèse) ; j’habite à 2 min. d’une station de la ligne 6 (Corvisart) et à 7 min. de la Place d’Italie (lignes 5, 6, 7)

Appelons tout ça des biais de familiarité : c’est bien ça qu’il s’agit de mesurer.

Résultats

1. Je connais vraiment bien les stations d’Île de France

Je les ai notées très vite, je « visualise » bien où elles se trouvent toutes (temps non relevé, dommage). Je n’ai pas pu classer 1 station car elle ne me disait rien : Anatole France (5)

2. Ma classification des 376 autres stations

en 1 :  « C’est en bas de chez moi » : 9 stations ; Chevaleret ; Corvisart ; Denfert-Rochereau ; Glacière ; Les Gobelins ; Montparnasse-Bienvenüe ; Place d’Italie ; Saint-Jacques ; Tolbiac

en 2 : « OK, c’est pas loin » : 37 stations : Alésia ; Bel-Air ; Bercy ; Bibliothèque François Mitterand ; Cambronne ; Campo Formio ; Cardinal Lemoine ; Cité ; Cité Universitaire ; Cluny La Sorbonne ; Daumesnil ; Dupleix ; Edgar-Quinet ; Gaîté ; Gare d’Austerlitz ; Gare de Lyon ; Jussieu ; La Motte Picquet Grenelle ; Louvres Rivoli ; Luxembourg ; Maison Blanche ; Mouton Duvernet ; Nation ; Nationale ; Olympiades ; Palais Royal ; Musée du Louvre ; Place Monge ; Port-Royal ; Porte d’Italie ; Porte d’Ivry ; Porte d’Orléans ; Pyramides ; Quai de la Gare ; Raspail ; Saint-Marcel ; Saint-Michel ; Vavin

en 3 : « Bon ça va encore, mais je ne suis pas loin de râler, et il me faut un coup de pied au cul » : 53 stations : Antony ; Arcueil – Cachan ; Arts et Métiers ; Bagneux ; Bastille ; Bourg-la-Reine ; Bréguet Sabin ; Censier Daubenton ; Charles de Gaulle Etoile ; Châtelet ; Châtelet – Les Halles ; Cour Saint-Emilion ; Dugommier ; Duroc ; Etienne Marcel ; Falguière ; Gare de l’Est ; Gare du Nord ; Gentilly ; Goncourt ; Hôtel de Ville ; Invalides ; Jacques Bonsergent ; Le Kremlin Bicêtre ; Ledru – Rollin ; Les Baconnets ; Les Halles ; Mabillon ; Mairie d’Ivry ; Maubert – Mutualité ; Odéon ; Passy ; Pasteur ; Place de Clichy ; Pont Marie ; Pont Neuf ; Porte de Choisy ; Quai de la Rapée ; Réaumur Sébastopol ; Rennes ; République ; Saint Germain des-Prés ; Saint-Paul ; Saint-Placide ; Saint-Sulpice ; Sèvres Babylone ; Solférino ; Sully Morland ; Trocadéro ; Vaneau ; Villejuif Léo Lagrange ; Villejuif Paul Vaillant-Couturier ; Villejuif-Louis Aragon

en 4 : « Je râle et j’ai la flemme : « rho là là, c’est loin, c’est chiant d’y aller » », 61 stations : Madeleine ; Abbesses ; Alexandre Dumas ; Alma Marceau ; Anvers ; Assemblée Nationale ; Auber ; Avenue Emile Zola ; Balard ; Barbès Rochechouart ; Belleville ; Bérault ; Bir-Hakem ; Bonne Nouvelle ; Bourse ; Bures-sur-Yvette ; Cadet ; Charles Michels ; Charonne ; Château d’eau ; Château de Vincennes ; Château Landon ; Château rouge ; Châtillon-Montrouge ; Convention ; Esplanade de La Défense ; Europe ; Faidherbe Chaligny ; Félix Faure ; Filles du Calvaire ; Franklin D. Roosevelt ; Grands Boulevards ; Havre Caumartin ; Hoche ; Kléber ; La Chapelle ; La Muette ; Laplace ; Mairie d’Issy ; Massy – Palaiseau ; Michel Bizot ; Montgallet ; Notre-Dame des-Champs ; Oberkampf ; Opéra ; Picpus ; Rambuteau ; Reuilly – Diderot ; Richard Lenoir ; Saint-Lazare ; Saint-Mandé ; Saint-Sébastien Froissart ; Sentier ; Sèvres Lecourbe ; Strasbourg Saint-Denis ; Tuileries ; Varenne ; Vaugirard ; Vincennes ; Volontaires ; Voltaire

en 5 : « Ah non, c’est trop loin, c’est trop dur », 146 stations : Aéroport Roissy Charles de Gaulle ; Argentine ; Aubervilliers-Pantin Quatre Chemins ; Avron ; Basilique de Saint-Denis ; Billancourt ; Blanche ; Boissière ; Bolivar ; Botzaris ; Boucicaut ; Boulogne Jean Jaurès ; Boulogne Pont de Saint-Cloud ; Brochant ; Buttes Chaumont ; Buzenval ; Carrefour Pleyel ; Champs Elysées Clémenceau ; Chardon Lagache ; Chaussée d’Antin La Fayette ; Chemin Vert ; Colonnel Fabien ; Commerce ; Concorde ; Corentin Cariou ; Corentin Celton ; Couronnes ; Crimée ; Croix de Chavaux ; Danube ; Drancy ; Ecole Militaire ; Eglise d’Auteuil ; Eglise de Pantin ; Exelmans ; Fontaine-Michalon ; Fontenay aux-Roses ; Fontenay-sous-Bois ; Fort d’Aubervilliers ; Gallieni ; Gambetta ; Garibaldi ; Georges V ; Guy Môquet ; Iéna ; Jasmin ; Jaurès ; Javel André Citroën ; Jourdain ; Jules Joffrin ; La Croix de Berny ; La Défense Grande Arche ; La Fourche ; La Plaine – Stade de France ; La Tour Maubourg ; Lamarck Caulaincourt ; Laumière ; Le Bourget ; Le Guichet ; Le Peletier ; Les Sablons ; Liberté ; Liège ; Louis Blanc ; Louise Michel ; Lourmel ; Lozère Ecole Polytechnique ; Malakoff Plateau de Vanves ; Malakoff Rue Etienne Dolet ; Malesherbes ; Maraîchers ; Marcadet Poissonniers ; Marcel Sembat ; Marx Dormoy ; Massy – Verrières ; Ménilmontant ; Michel Ange Auteuil ; Michel Ange Molitor ; Mirabeau ; Miromesnil ; Monceau ; Notre-Dame de-Lorette ; Orsay – Ville ; Ourcq ; Palaiseau ; Palaiseau – Villebon ; Parc de Sceaux ; Parmentier ; Pelleport ; Père Lachaise ; Pereire ; Pernety ; Philippe Auguste ; Pierre Curie ; Pigalle ; Place des Fêtes ; Plaisance ; Poissonnière ; Porte d’Auteuil ; Porte Dauphine ; Porte de Bagnolet ; Porte de Champerret ; Porte de Charenton ; Porte de Clichy ; Porte de Clignancourt ; Porte de la Chapelle ; Porte de la Villette ; Porte de Montreuil ; Porte de Pantin ; Porte de Saint-Cloud ; Porte de Saint-Ouen ; Porte de Vanves ; Porte de Versailles ; Porte de Vincennes ; Porte des Lilas ; Porte Dorée ; Porte Maillot ; Pyrénées ; Quatre Septembre ; Ranelagh ; Richelieu Drouot ; Riquet ; Robespierre ; Robinson ; Rome ; Rue de la Pompe ; Rue des Boulets ; Rue du Bac ; Rue Saint-Maur ; Saint françois Xavier ; Saint-Ambroise ; Saint-Augustin ; Saint-Fargeau ; Saint-Georges ; Saint-Philippe du Roule ; Sceaux ; Ségur ; Simplon ; Stalingrad ; Télégraphe ; Temple ; Ternes ; Trinité d’Estienne d’Orves ; Victor Hugo ; Villiers ; Wagram

en 6 : « Ouh là, c’est la province ! » (9 stations), 97 stations :

Achères Grand Cormier ; Achères-Ville ; Aulnay-sous-Bois ; Bobigny Pablo Picasso ; Bobigny-Pantin Raymond Queneau ; Boissy-Saint-Léger ; Bry-sur-Marne ; Bussy-Saint-Georges ; Cergy-Le Haut ; Cergy-Préfecture ; Cergy-Saint-Christophe ; Champigny ; Charenton – Ecoles ; Chatou-Croissy ; Conflans-Fin d’Oise ; Courcelle-sur-Yvette ; Courcelles ; Créteil – L’Echat ; Créteil – Université ; Créteil Préfecture ; Ecole vétérinaire de Maisons-Alfort ; Front populaire ; Gabriel Péri Asnières-Gennevilliers ; Gif-sur-Yvette ; Houilles Carrières-sur-Seine ; Joinville-le-Pont ; La Courneuve – Aubervilliers ; La Courneuve 8 Mai 1945 ; La Hacquinière ; La Varenne Chennevières ; Le Blanc-Mesnil ; Le Parc de Saint-Maur ; Le Vésinet-Centre ; Le Vésinet-Le-Pecq ; Lognes ; Mairie de Clichy ; Mairie de Montreuil ; Mairie de Saint-Ouen ; Mairie des Lilas ; Maisons-Alfort – Stade ; Maisons-Alfort Les Juilliottes ; Maisons-Laffitte ; Marne-La-Vallée Chessy (Parc Disneyland) ; Nanterre-Préfecture ; Nanterre-Université ; Nanterre-Ville ; Neuilly-Plaisance ; Neuville-Université ; Nogent-sur-Marne ; Noisiel ; Noisy-Champs ; Noisy-le-Grand Mont d’Est ; Parc des Expositions ; Poissy ; Pont de Levallois Bécon ; Pont de Neuilly ; Pont de Sèvres ; Pré St-Gervais ; Rueil-Malmaison ; Saint-Denis – Université ; Saint-Denis Porte de Paris ; Saint-Germain-en-Laye ; Saint-Maur-Créteil ; Saint-Rémy-lès-Chevreuse ; Sartrouville ; Sevran – Beaudottes ; Sucy-Bonneuil ; Torcy ; Val d’Europe ; Val de Fontenay

Coloriage sur la carte

J’ai colorié les stations et leur entourage proche, sur une carte Paris en utilisant le code suivant, très fortement inspiré des couleurs des cartes d’Isokron.

Jaune <=> 1 :  « C’est en bas de chez moi » + 2 : « OK, c’est pas loin »
Vert <=> 3 : « Bon ça va encore, mais je ne suis pas loin de râler, et il me faut un coup de pied au cul, c’est pas naturel »
Violet <=> 4 : « Je râle et j’ai la flemme : « rho là là, c’est loin, c’est chiant d’y aller » »
Orange <=> 5 : « Ah non, c’est trop loin, c’est trop dur »
Rouge <=> 6 : «Ouh là, c’est la province ! »

On a commencé par les stations du groupe 1, puis 2, jusqu’aà 6. La plupart des stations en 6 ne figuraient pas sur la carte choisie (Carte RATP, logiciel Gimp, dictée par Ambre, coloriage par moi).

A la fin de chaque couleur, on a colorié les zones qui restaient entre les stations de même couleur, avec cette même couleur, pour laisser le moins de surface non coloriée possible.

Making of 1

Avant : entourage des stations

Making of 2

Après remplissage des zones entre les stations de même couleur

Résultat final de la carte de ma perception des distances/temps dans Paris :

conception metro ambre

Cliquer pour agrandir, vous verrez les stations en transparence ;)
Rappel du code couleur : Jaune < Vert < Violet < Orange < Rouge

Interprétations

1ère chose qu’on voit, avant même de regarder la carte : à part la catégorie 6, le nombre de stations croit avec la non-familiarité .  Plus je les imagine lointaines/inaccessibles, plus les stations sont nombreuses. C’est un résultat attendu (c’est une question de géométrie ? d’encombrement stérique ? je ne sais pas comment dire, mais c’est attendu, limite évident (que ceux qui ne sont pas d’accord hurlent en commentaires ;)

2ème chose, quand on regarde la carte. On retrouve chez moi comme dans la carte isochrone de référence, une sorte de demi-lune autour de chez moi, côté convexe en bas (j’ai 1 chance sur 2 de me tromper de mot avec concave…).

Il y a des stations mal-aimées/mal considérées un peu partout. Hyper mal classées. Faisant un spot de couleur différente au milieu d’une région d’une autre couleur. Exemple Censier Daubenton : vert au milieu de zone jaune.

Pour Hoche : il s’agit d’une erreur grossière. Je croyais savoir où était Hoche parce que je confondait avec Foch (avenue). En fait, je n’avais aucune idée de où c’était, et ça se voit.

Les prédictions semblent globalement vérifiées. A DETAILLER ;)

Je remercie Ambre pour son enthousiaste participation à ce petit projet sans prétention ;)

Notes

(1) Lien WP vers le turc moderne, je vous raconterai la différence un autre jour…
(2) Je ne suis pas sûre d’avoir bien compris toutes les finesses de la notion, mais avec le moment de la force, l’inertie est la seule chose que j’ai compris de mes nombreuses heures de science physique scolaires…
(3) J’ai connu Ambre grâce à Yasmine lors du rassemblement du dimanche 21 avril 2013 à la Bastille pour le #mariagepourtous et contre l’homophobie ; elle a couvert les débats sur la loi depuis leur discussion au Sénat pour des milliers de twittos ; depuis, on ne se quitte plus :)
(4) Pas vérifié que la liste était complète ni juste…
(5) On verra plus loin que parfois je croyais savoir…

Le soir du 10 mai 1981 : que reste-t-il 30 ans après ?

extrait d’ici

Vous vous souvenez de cette fête ? Des feux d’artifice (ou juste des pétards ?) ?

Moi j’avais 5 ans et j’y étais avec ma mère et ma marraine Cécile. Et vous ?

Le « tract de Villejuif » sur les additifs alimentaires : une histoire persistante !

J’ai reçu ça aujourd’hui par mail :


et ça m’a rappelé que j’avais reçu des ancêtres de ce document quand j’étais à l’école Decroly de Saint-Mandé (de 1981 à 1983), de la main à la main, en format dactylographié et photocopié à moins qu’ils ne soient ronéotypés mais je ne crois pas). Il me semble que les enfants recevaient ça de leur parents, le donnaient aux autres enfants, avec pour consigne de le donner à leurs propres parents. Chez moi, on a gardé le document longtemps, et il me semble l’avoir personnellement pris plutôt au sérieux, même des années plus tard, une fois rentrée à Istanbul, et curieuse et parlant de tout…Je pense même que mon habitude de lire les petites lignes me vient de ce document !

Il y a 5-10 ans, je me suis souvenue de cette histoire, me suis demandé si c’était du lard ou du cochon et farfouillé sur internet. On trouve cette page sur wikipedia. Avec des versions du document qui ressemble exactement à ce que j’avais en souvenir :

Et vous, quelle est votre histoire personnelle avec ce tract ?

En quelle année (approximativement) l’avez vous rencontré pour la première fois ?

Sous quel format ? Si vous l’avez gardé et pouvez me le scanner je serais la plus heureuse des historiennes-amateur !

L’avez-vous diffusé ? par mail ?

L’avez-vous reproduit ? par photocopies ? par ronéotyopage à l’alcool ?

Qu’en avez vous pensé ? Cru complètement ? Émis des doutes mais diffusé à tout hasard ? Émis des doutes mais essayé de faire attention (on sait jamais) ? Pas cru du tout ?

11 septembre 2001 : que faisiez-vous ce jour-là ?

Je devais prendre l’avion pour Istanbul en fin de journée (19h00?) avec E. J’avais pris ma journée (j’étais en thèse) ce mardi. Je ne sais plus ce qu’on a fait la matinée, à part faire nos valises. Bizarrement, on n’a pas écouté les infos (à la radio) ni parlé au téléphone avec qui que ce soit (en tout cas pas de « ça »). La nouvelle a dû tomber en Europe (UTC+1) vers 15h30, et nous avons quitté la maison vers 16h30-17h, toujours au courant de rien. Nous avons dû marcher de la Rue Lacépède jusqu’au RER Luxembourg. Les gens ne parlaient pas de ça dans le RER.C’est une fois à l’aéroport (CDG, peut-être le Terminal T9, sorte de préfabriqué dédié aux charters, appellé aujourd’hui T3, mais peut-être un terminal normal, sinon), vers 18h (11h du matin sur la côte Est des EU), qu’on a entendu les premières annonces :

Suite aux événements survenus, tous les vols sont suspendus vers les États-Unis.

Je me suis demandé de quel type d' »événement » il pouvait s’agir. J’en ai parlé à E. J’ai conclu que ça devait être des ouragans, tornades et autres catastrophes naturelles extraordinnaires dont ce continent avait l’air habitué (et qui nous paraîssent exceptionnel vu d’Europe, continent paisible). J’ai quand même trouvé ça bizarre d’appeller ça des « événements » et que ça bloque TOUS les vols.

Tout ça ne nous a pas perturbé plus que ça.

En attendant dans la salle d’embarquement, j’ai remarqué qu’on allait voyager avec toute une équipe de volley ou de baskets féminine turque (survèts, grandes tailles, etc), ça m’a fait rigoler. Je suis allé m’acheter un truc à manger, et dans le petit kiosque juste à côté de la salle d’embarquement, et c’est là que j’ai entendu la radio qui parlait de détournement d’avion et d’impact à NY (je ne sais plus le détail, mais c’était une info grave). N’ayant pas tout entendu, j’ai demandé au vendeur de quoi il s’agissait. Il m’a dit qu’un/des avion/s avaient été détournés aux États Unis et sans doute quelque chose au sujet des tours jumelles (déjà effondrées à cette heure-là ?). Incrédule, je lui ai demandé de qui il s’agissait, pourquoi, comment (comme s’il pouvait savoir ), il m’a dit qu’on pensait que c’était lié aux problèmes dans le Proche Orient, donc le conflit Israélo-Palestinien. Je me suis dit « mais oui, c’est ça, bien sûr », et je suis allé me rasseoir, pas plus inquiète ni impressionnée que ça. J’ai dû raconter ce que j’avais entendu/compris/interprété à E, en tout cas cela n’a pas été un sujet de conversation. RAS sur le vol d’une durée de 3h-3h30 : lire, dormir, manger, bavarder.

Arrivée à Istanbul entre minuit et 1h. Ma mère était venue nous chercher. Retour en bus ou en taxi, je sais plus. Elle nous a demandé si on avait entendu parler de la nouvelle, que c’était totalement hallucinant, des images et films totalement fous, des gens qui sautent par les fenêtres, des tours qui s’effondrent, du jamais vu. On a passé le voyage à poser des questions, sonnés, impatients d’en savoir et voir plus.

Une fois arrivés à la maison, on a tout de suite allumé la télé. Un petit nombre d’images tournaient en boucle. Mais on ne montrait déjà plus les gens se jettant des fenêtres. Que je n’aurais du coup jamais vu. Et qui m’auront toujours laissé un sentiment bizarre d’avoir raté quelque chose et aussi d’avoir été épargné d’un voyeurisme malsain. On s’est couché tard, super fatigués. On savait (il me semble, mais peut-être que je reconstitue) que ça allait changer la face du monde.

Et vous, me raconteriez-vous ce que vous vous souvenez de votre 11 septembre 2001 ?

Questions (et réponses) sur la grippe A et le vaccin

J’ai pas réussi à trouver le sujet de la pandémie (éventuelle) de grippe porcine/mexicaine/A intéressant jusqu’ici, mais là, ça y’est, ça commence à chauffer, à controverser et à se taper dessus, alors je veux comprendre. Comprendre les différentes positions, leurs arguments et motivations.

Voilà les questions que je me pose (ça va me permettre de chercher la littérature/web de façon efficace : je vais essayer de répondre à ces questions) :

Sur la grippe et le risque de pandémie :

  1. Pourquoi pense-t-on que cette grippe (porcine/A/mexicaine-mais-faut-pas-le-dire–il-parait-que-ça-vexe-les-mexicains) pourrait être la prochaine pandémie ? Parce qu’il a des caractéristiques communes avec les précédentes souches responsables des pandémies ? Parce qu’il est très contagieux ? Parce qu’il est plus virulent (mortel) ? (c’est en général l’un ou l’autre, plus ou moins, car plus c’est virulent, plus ça perd sa chance de se transmettre, je vous dirai pourquoi…si ça vous interesse)
  2. Pourquoi l’appelle-t-on grippe porcine ? toutes les grippes n’ont-elles pas un jour ou l’autre une origine aviaire ?
  3. Quelle différence entre la grippe A et les grippes saisonnières qu’on a tous les hivers ? Mis à part le fait que les cas ont commencé plus tôt (la grippe hivernale, c’est d’octobre à mars, je vais mettre les courbes avec les nombres de cas) ? Y-a-til moyen de distinguer les symptomes ?

À propos du vaccin contre la grippe A :

  1. Pourquoi a-t-on fait tout un pataquès autour de ce vaccin ces derniers mois ? Sera-t-il prêt à temps, y en aura-t-il assez, etc ?
  2. Pourquoi entend-on ici et là que le vaccin a été préparé dans la précipitation et donc manquerait de sécurité ? Tous les ans, le vaccin de la grippe (saisonnière) est préparé à la fin d’une course contre la montre, après une pêche aux souches dans l’hémisphère Sud, le plus tard étant le mieux (les dernières souches apparaissant ont plus de chances de circuler l’hiver suivant dans le Nord), mais en prenant en compte un délai incompressible pour la fabrication. Tous les ans, le vaccin est le résultat d’un pari sur les souches qui vont débarquer dans le Nord (après avoir évolué dans le Sud). Un vaccin est-il également produit pour les (plus rares et moins riches) habitants du Sud ? Depuis quelle année prépare-t-on annuellement un vaccin de cette façon ? Retrouver les passionants topos de Silvie Van Der Werff sur le sujet. Et se rappeller un peu ce processus passionnant, digne d’un roman à suspense.
  3. Quels excipients et adjuvants met-on habituellement dans les vaccins anti-grippe, et pourquoi ? Sont-il de nature différentes des autres vaccins, ou est-ce que ça dépend toujours des vaccins (il n’y a pas de règle) ? Ont-il déjà été testés par ailleurs (je ne vois pas comment on peut savoir s’ils fonctionnent si ces molécules ne sont pas utilisées par ailleurs) ? Se rappeller de l’adjuvant critiqué également dans 1 des 2 vaccins contre les HPV (critiqué, mais assurant meilleure réponse immunitaire, d’ailleurs c’est le but de tout adjuvant).

Maintenant, j’attends vos questions. Je lance l’enquête à partir de mercredi prochain, et autant qu’elle réponde à tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur cette fichue grippe sans trouver une réponse claire nulle part.