Archives Mensuelles: mai 2009

Revue de presse : Murat Belge’ye saldırmak / YILDIRIM TÜRKER / Radikal

Murat Belge, mais aussi Yildirim Türker font partie de Mes Héros Personnels. Mais pas dans la même catégorie.

Il faut que je fasse une typologie et classification de Mes Héros Personnels (Héros de la semaine ; failli-Héros, Mes Anti-Héros personnels, etc) (expressions déjà reprises autour de moi…c’est fou ce que les gens sont comme des éponges et même pas conscients de l’être). Et liste des membres de Mon Panthéon Personnel (est-ce que les vivants seraient fâchés de s’y retrouver ? est-ce qu’il y aura suffisamment de femmes ?)

extrait (mais pourquoi wordpress prend celui-ci ? pas le teps de m’en occuper maintenant, je veux juste me débarrasser de mes 150 signets ouverts dans Firefox, apreès on verra) :

Bu dernek, o günden beri Körfez Savaşı’na muhalefetten Andıç operasyonu’nda hedef gösterilen Mehmet Ali Birand’la Cengiz Çandar’ın hakkını korumaya dek çeşitli faaliyetlerde bulundu, sivil toplumun gelişmesini sağlayan yüzlerce proje gerçekleştirdi. Belge, bir dönem de Uluslararası Helsinki Yurttaşlar Meclisi eşbaşkanlığını sürdürdü.

http://www.radikal.com.tr/Radikal.aspx?aType=RadikalYazarYazisi&Date=&ArticleID=936391

Publicités

Ah ben bravo : La Turquie ignore les quotas de pêche de thon rouge

Moi qui adore le poisson (et surtout le bon poisson tout frais que l’on mange en Turquie) et qui suis écologiste depuis mon jeune âge (premières actions autour de mes 10-13 ans en Turquie) (avant que Greenpeace ne soit organisé/autorisé dans le pays), voilà une mauvaise nouvelle. Pas cool !

Ceci dit, en parlant de poisson et de Turquie (et c’est souvent que je saoule les gens avec ça), le poisson que l’on mange à Istanbul est unique. On ne mange pas de thon, mais des poissons qui arrivent grillés dans votre assiette avec une queue et une tête (sauf 2 exceptions : les brochettes d’espadon (kiliç) et les tranches de turbot (kalkan)). Du coup, pour moi, le plaisir de manger du poisson est lié à voir dans mon assiette une tête et une queue ;-). Plaisir que je ne trouve pas ni avec le thon, ni le saumon (qui ne poussent pas dans le Bosphore).

une bonne grosse journée comme je les aime

malgré un lever tardif et un coucher (très bientot) à un horaire pas indécent,

quelle bel exemple de bonne journée bien remplie ! sentiment d’avoir vécu 3 journées en 1 (shopping-boulot-nightlife), j’a-dore !

9h : lever et début des bidouilles sur l’abstract book du congrès que j’aide à organiser. Mails, of course. Radio, infos, nourrir chats (dont celui de la voisine)

10h : petit-déj croissants avec Selda (ex-coloc et amie dont je suis témoin au mariage dans 2 semaines à Paris)

11h : départ avec Selda pour les courses de la mariée (on cherchait robe blanche, chaussures, boucles d’oreilles). Echec total à la SERAP Bagnolet (merci elifsu pour les faux bons plans). Succès aux Galeries Lafayettes (en fait, c’est pas con du tout le concept des grands magasins). J’ai aussi essayé quelques robes au passage.

15h : départ vers le nord de Paris, mini-sieste de 10 min dans métro (m’a sauvé la journée). Acheté bo-bun + salade japonaise + fraises + pommes.

16h-21h30 : bossé chez un couple de chercheurs que j’admire et estime beaucoup (toujours la préparation du congrès). Bien rigolé. Bien bossé. Bien mangé (pas trop, justement). Bien bu (lait infusé au thé épicé). Concentrée. Pas la bougeotte.

22h : retrouvé Devrim (nightlife-buddy) à Odéon. Bien mangé (crevettes au citron et gingembre et fraises à la crème). Dansé au Coolin.

1h30 : départ du bar… permettant de rentrer jusque devant ma porte en métro.

2h : nourri chats (dont celle de la voisine) et répondu à qqs mails. Organisé départ demain matin en w-e. Blogué sur tout ça. Satisfaite et détendue.

Conclusion – ingrédients d’une journée à mon goût :
1/ intellectuel et physique
2/ interagi avec des gens sympas
3/ dehors et dedans
4/ une sieste même micro !
5/ bien mangé : pas sauté de repas et pas fast-foodé

Moralité : on peut avoir une super journée même sans la programmer en détails ? humm, c’est nouveau, et c’est bon.